Il m'est arrivé à plusieurs reprises et encore parfois d'animer des ateliers, séminaires et autres sur les thèmes de la parentalité (la coéducation, l'implication parentale, être parent d'élève…). En général, j'utilise une vieille technique qui consiste à demander d'entrée aux participants d'écrire en quelques secondes, sans réfléchir, le substantif, le verbe qui leur vient à l'idée à propos de l'objet de la réflexion. Ce qui permet d'ouvrir des pistes inusitées, d'impliquer d'entrée tout le monde, de balayer des non dits, de créer une dynamique.

Je vous livre ci-dessous, brut de coffrage, ce qui surgit lorsque l'on pose la question : "Parent d'élève, c'est quoi ?" (récupéré dans mes notes lors d'un grand nettoyage !)

"Un rôle………une fonction……………… une partie de la vie familiale bouffée………un bouc émissaire……… un plaisir……… des corvées……… des droits……… une souffrance………un boulot……… un citoyen……… une responsabilité……… attendre les vacances……… attendre la rentrée……… une expropriation……… un partage……… se poser des questions……… une lutte……… un manque de temps……… un sous-citoyen……… un trou dans le budget……… défendre mon môme contre l'institution……… de la diplomatie……… courir, courir……… une obligation……… une impuissance……… une responsabilité……… l'avenir de mon môme……… des devoirs, encore des devoirs……… recommencer mes études……… attendre sur le trottoir de l'école……… la course le matin, à midi, le soir……… mon enfant qui m'échappe……… des convocations……… faire croire à l'école……… convaincre……… ne plus avoir de droits……… l'ignorance de ce qui m'attend et de ce qui attend mon enfant……… l'angoisse……… 20 ans de ma vie……… réparer, atténuer, compenser……… ne rien comprendre et faire comprendre……… un décret……… des réunions……… consoler, rassurer……… faire croire à ce qu'on ne croit plus……… l'avenir de mon enfant……… être accusé……… se démerder……… trouver des solutions pour faire garder les enfants……… ne pas savoir quoi faire……… s'engueuler avec les instits et avec son môme……… n'avoir pas grand chose à dire……… s'occuper d'un tas de trucs dont on n'avait pas l'idée……… parent le soir, plus parent dans la journée……… souffrir en même temps que nos rejetons……… être obligé d'être autre chose……… une obligation……… ignorer ce qui se passe une partie de la vie de l'enfant……… passer pour un imbécile……… subir ce qu'on réprouve……… coopérer avec l'école……… être un mouton……… ne plus être un vrai parent……… accepter qu'un autre ait du pouvoir sur mon enfant……… partager l'influence……… la roulette russe………  être avec d'autres parents……… enthousiasmant……… se remettre en question……… se coucher tard……… plus de temps pour souffler……… boulot, école, dodo……… subir et faire subir……… taisez-vous, vous ne savez pas……… devenir plus répressif……… un autre parent……… faire faire des devoirs……… demander des RDV……… essayer de comprendre……… une perplexité permanente……… acheter le cahier de 50 pages, réglures seyès et il n'y en a plus………

Suivant les contextes scolaires, les premiers jets varient entre le franchement négatif et le positif.

Qu'est-ce qui vous viendrait à l'idée ?

Tous les billets à propos des parents : http://education3.canalblog.com/tag/parents

L'appel pour le choix d'une "autre école" : http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/