"Ma maîtresse, elle est trop gentille !" Première réaction avec un grand sourire après la première matinée.

Ouf ! Ce n’est pas grand chose, ça ne prouve rien, et pourtant, ça soulage tout le monde, enfant et parents !

« Pourquoi ?

– Elle ne crie pas, elle nous a demandé ce que l’on a fait pendant les vacances. Quand Jean-Gab lui a fait voir sa rosace qui était un peu loupée, elle lui a dit que c’était la faute de son compas, elle le lui a resserré et lui a fait voir comment le tenir »

Cela ne dit pas grand chose sur la maîtresse et ce qu’elle va faire et faire faire, mais cela montre que les enfants ont apprécié d’être reconnus, que l’adulte de la classe les a reconnus, et que c’était ce qu’ils attendaient. Elle a d’abord établi une relation. Et voilà même que le coupable pouvait être un compas ! C’est un détail, un infime détail, et pourtant, quelle libération !

A suivre.