Triste semaine mathématique

Billet invité : Rémi JACQUET

Rémi JACQUET est, dans le mouvement Freinet et actuellement, un de ceux qui ont le plus exploré la construction du langage mathématique à l'école. On ignore souvent que le mouvement Freinet n'en est pas resté au seul "calcul vivant" du fondateur mais qu'il est allé très loin dans ce qu'une frange du mouvement a appelé "la méthode naturelle". Il est dommage que cela reste très peu visible de nos jours. On comprend la colère de Rémi ! BC

Je ne sais si vous êtes au courant, mais depuis hier, c'est la semaine des maths.
Bien sûr, dans beaucoup de classes ça passera encore plus inaperçu que la semaine de la science ou celle de la presse. Comme la journée de la femme qui sert d'excuse aux 364 autres jours de l'année, on peut se demander à quoi peut bien servir une semaine des mathématiques pour des milliers de classes où faute de mathématiques on enfile des heures de montage de mécanismes de calcul.
Bien sûr, comme d'habitude c'est pavé de bonnes intentions. Il n'y a qu'à aller sur les sites du ministère et des académies. Voir par exemple http://eduscol.education.fr/cid59178/semaine-des-mathematiques.html
Comment ne pas approuver les intentions ? Bon, on va voir : "montrer mes mathématiques sous un jour nouveau, ludique, concret et dynamique". Un jour nouveau, ça fait toujours plaisir, ça aiguise la curiosité. Mais que sont les jours ordinaires de nos petits écoliers ? Et puis, ludique ou laborieux, concret ou abstrait, dynamique ou ... ?
Nous connaissons des classes où les enfants ont des discussions passionnées autour d'objets mathématiques, de situations problématisées. Ils échangent des arguments, précisent leurs conceptions, expérimentent les théories qu'ils ont formulées... Ces enfants-là emportés par le plaisir des maths, se plaisent dans l'abstrait et ne réclament pas de "jouer".
"En présenter les différentes facettes et débouchés pour donner aux élèves l'envie de faire des maths et encourager les vocations..."
Ah, voilà bien un objectif... pour la Nation, mais pour l'enfant ? Combien connaissez-vous d'enfants préoccupés par leur avenir d'adulte ?
Tout ça, c'est déjà très moyen, comme objectifs. Quels sont les voies par lesquelles atteindre ces si piètres objectifs ? "Montrer l'importance des mathématiques...", montrer la variété des métiers dans lesquels les mathématiques...".
Montrer, toujours montrer... Tout vient de l'adulte, pardon, de l'enseignant. Le nouveau savoir va descendre dans les têtes...
Nous, nous sortons de la classe. nous questionnons le monde qui nous entoure, nous l'observons avec des lunettes mathématiques, nous interrogeons les adultes sur leurs activités, leurs métiers... La conscience nous vient de la présence universelle des mathématiques dans notre monde physique et humain ; elle nous vient beaucoup plus sûrement ainsi car, loin du  discours exhortant, nos élèves s'emparent des données recueillies et exercent sur le monde, à leur niveau, leurs démarches mathématiques.

Je ne retiendrai donc qu'un axe dans les pistes proposées : "mettre en lumière le développement historique des mathématiques..." Et encore : il me semble plus opportun de fournir un complément historique au bon moment, lorsque les enfants se sont construit une nouvelle notion.

Pour finir, je vous présente les moyens réels proposés :
Rallye math sans frontières junior pour les CM2 et  6ème
Rallye math sans frontières senior pour les classes de 3ème et seconde
Rallye calcul mental
calcul@TICE

Rallye des IREM
Olympiades nationales de mathématiques
kangourou des mathématiques
championnat des jeux mathématiques et logiques
Rien que ça !
En résumé : conférences pour remplir les têtes... et compétitions à fond ! Non pour que tout le monde aime et pratique les mathématiques mais encore une fois pour dégager une élite fière d'elle même.
Il y a peu à attendre d'une école qui a de telles ambitions.

Pourtant un petit groupe de camarades résiste encore !
Bonne semaine mathématique !

La méthode naturelle de mathématique par Rémi Jacquet et Monique Quertier et aussi le langage mathématique dans "l'école de la simplexité" ou le délire mathématique dans les "conversations décousues".

Pour contacter le secteur mathématique de l'ICEM : secteur.math@icem-freinet.org