Etrange rentrée (billet invité)

Rentrée. C’est toujours une plongée, même si c’est la nième. Elle peut être enthousiaste, angoissante, à reculons… pour les enfants, pour les enseignants, pour les parents. C’est bien une plongée puisqu’il faut passer de l’univers normal de la liberté, de l’activité naturelle, des interrelations sociales amicales, à celui de la piscine froide et artificielle de l’école (ou de l’usine, ou du bureau…) sous la contrainte de ses maîtres-nageurs ou en étant soi-même maître-nageur. Certains la racontent. Ci-dessous, une rentrée étrange. BC

 

Pour moi, rentrée étrange...en tant que titulaire remplaçante. Pas de remplacement pour le moment. Je suis dans mon école de rattachement et partage mon temps entre :

- faire des photocopies pour les collègues,

- remplir des tâches administratives de direction (quelle ironie, j'ai expliqué à la directrice (qui est très gentille et à l'écoute) que je refusais de l'aider à remplir Base-élèves !,

- faire de petits travaux pour les collègues

- et enfin et surtout, des lectures (pas besoin de vous signaler quel genre...)

...Des lectures dans la salle des maitres dans laquelle je peux entendre ce qui se passe dans les classes... en décalage complet avec mes lectures ! Ce qui me donne envie de courir, courir vite et m'enfuir... et je me dis que les élèves doivent avoir envie aussi...de s'enfuir...

Classe en randognon, murs, couloirs sobres, sans vie, odeur nauséabonde dans les WC, pas de place pour la fantaisie, pas de lâcher prise, discours dans la norme,... je me sens triste.

C'est midi. Repas… coopératif... euh !... individuel... mais en groupe... Discussions d'instit... « Ah ! Peut-être que celui-là va enfin se décider à entrer dans le système ! », « Tu penses qu'on va bientôt avoir la prime de 400 euros ? »

Je me sens seule, très seule... J'essaie de placer deux, trois phrases... comme ça... pour voir... Evidemment, mes remarques restent en suspend et personne ne relève.

Je vois, j'entends tellement de choses qui me font dire : « mais c'est tellement évident que ça ne marche pas !! » J'ai l'impression qu'à chaque remarque, j'ai un argument. Mais je me garde de trop parler... je ne saurais pas le faire sans donner l'impression que j'ai la science infuse, ça pourrait être mal pris et je ne voudrais pas les juger... J'ai juste envie de partager le bonheur que l'on peut avoir d'être en classe. Je ne sais pas encore comment m'y prendre pour parler aux collègues... l'instit est tellement sur la défensive !

J'ai pensé très fort à Philippe quand il disait dans une discussion lors du séjour « congrès-vacances » : « Qu'est-ce que je ferais si ma classe unique fermée? Je ne me verrais pas du tout dans une grosse structure ? »...(bon, ses propos ne sont sans doute pas exactement cela, mais l'idée y est). Et bien je me suis faite la même réflexion... « Qu'est-ce que je ferais si je me retrouvais dans une grosse équipe ? »

Sauf que pour moi, cette réflexion est en référence aux collègues. Parce que, lors de ce début d'année, j'ai pris conscience à quel point j'étais en dehors du cadre et je ne sais pas si je pourrais côtoyer quotidiennement ceux qui sont dans le cadre.

Je pense bien à vous, faites-vous plaisir dans vos classes.

L.H.

Retour au blog  -  Plan du site  -  livres  -