appel-commentaires

L'appel fait aussi partie du Printemps de l'éducation ! Puisse-t-il participer à ce Printemps que beaucoup attendent... et font partout en France !

Nouveaux extraits des commentaires des 5 500 premiers signataires

Pour en faire partie, pour s'y exprimer, pour le propager : http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/)

Démocratie, renouveau du système éducatf, fin d'un totalitarisme scolaire, adaptation aux enfants, égalité dans le  choix des possibles, fin de souffrances, un autre avenir... et le bonheur des enfants !

(D'autres pages de commentaires) (tous les billets sur l'appel)

Frédéric Jésu - Pour une coéducation démocratique, pour éclairer les enfants eux-mêmes sur ce que signifient le choix, la coopération et le choix de la coopération, et à terme pour une démocratie coéducative.

Florence Saint-Luc - L'Ecole nouvelle existe depuis le début du XXème siècle. Il est temps que les parents aient le choix de la pédagogie mise en oeuvre pour leurs enfants. Pour cela, il faut que la formation des enseignants offre une véritable place aux pédagogies actives et coopératives. En Flandres, il y a plus de 80 écoles Freinet ; ces écoles, qui correspondent au choix du pouvoir organisateur, ont un projet lié à la pédagogie Freinet avant de trouver des enseignants formés pour cela... En Finlande, les réformes ont mis en place la pédagogie coopérative dans les établissements scolaires, et la formation des enseignants ont permis une évolution très importante et positive des pratiques pédagogiques. Les résultats du système éducatif ont validé ces choix.

 Sylvie L. - L'école "traditionnelle" est pour mon fils un enfer quotidien. Mon estomac se noue chaque matin quand je le laisse et quand je vois toute la journée au travail les méthodes "castratrices" qui y sont pratiquées... Et devinez qui est mon employeur??? Hélas, seule avec mon fils je n'ai les moyen ni d'une école alternative, ni de la déscolarisation... Et je trouve tout à fait inéquitable et scandaleux que les méthodes dites alternatives ne soient réservées qu'aux "élites".

 Francois L - Enfant des Ceméa, directeur de l'EMI-CFD, coopérative de formation professionnelle...

 Aurélia O. - Je trouve la proposition excellente car en tant que professeur des écoles j'ai toujours prôné l'école publique mais je déplore qu'un enseignement alternatif n'y ait pas sa place.

 Catherine Chabrun FRANCE - Militante pédagogique et des droits de l'enfant, je souhaite pour les enfants une autre école publique.

 Cécile S. - Je suis prof en lycée, j'ai trois enfants, notre école publique n'a aucune ambition et cela me désespère.

 Céline C - Car j'ai toujours attendu une mobilisation allant dans ce sens là. J'espère que nos besoins et ceux de nos enfants seront entendus. Céline (monitrice éducatrice)

 Stephane G. - Au XXème, le système scolaire aurait pu devenir fraternel dans son ensemble et poussé réellement chaque élève à l'autonomie. Les gouvernants ont fait un autre choix. Soit. Le problème est que "ça" résiste. Le temps est venu d'assurer à chaque famille la possibilité de choisir l'axe pédagogique et éducatif qui lui convient sans devoir débourser davantage : soit une école qui soit pleinement type "3ème république", soit une école à la pédagogie active type Freinet.

Marie-anne L. Parce que je vie chaque jours les biens faits de la pédagogie Montessori, sur les enfants et leurs familles.

Thierry L.- Parce que le système "classique" montre un grand nombre de limites, et en engendre de telles qu'il devient difficile de se forger une conscience libre et citoyenne en France en 2014.

Géraldine B. - Consciente que le choix est un droit

Barre F - Parce que je suis convaincue de la san(i) té de cet enseignement, qui dépasse la simple méthode de bourrage de crâne. On est dans l'accompagnement de l'humain par l'humain, dans tout le déploiement de sa nature.

Angélique L- Pour que les enfants sortent de la compétition pour entrer dans la collaboration.

Claude F - Parce qu'il est bien temps que l'école ait les moyens de s'adapter aux enfants. Il est surréaliste d'attendre des enfants qu'ils s'adaptent à l'école...

Christian Rousseau - Sortir du "tout se vaut". Si une telle pétition permet la confrontation avec les scolasticiens, les postulats éducatifs seront peut-être un rien ébranlés.

Jean Yves V. - Pourquoi les familles françaises n'ont elles pas le choix entre plusieurs pédagogies d'enseignement , tenant compte des personnalités des enfants ? alors que dans la plupart des autres domaines de l'existence c'est la cas !!?? curieux non? Il faut que ça change...On en a assez d'avoir la même "confiture" depuis des décennies voire siècle...

Emmanuelle F.- Pour que l'accès à une pédagogie valorisant la conscience de l'Etre soit en marche et réponde aux besoins d'une population responsable et engagée pour un monde plus solidaire

Francine L. - Je suis absolument d'accord pour que chaque famille et enseignant puissent choisir -tout en restant dans l'enseignement public -, les méthodes éducatives. Qu'un enfant ne rentrant pas dans le moule de l'éducation publique et appartenant à une famille modeste ou précaire, puisse, par exemple choisir une école basée sur le style Montessori, sans devoir aller dans une école privée.

Audrey T -  Quand un enfant ne peut s'adapter au cadre classique d'une école violente et sélectionniste, il ne reste que ses yeux pour pleurer ou avoir les moyens de payer des écoles alternatives souvent hors de prix et éloignées du domicile ... ce n'est pas normal !

Cédric FORCADEL - Militant du mouvement Freinet, je plaide pour une reconstruction de la forme scolaire. Nous avons donc besoin que se développent des alternatives à celle-ci, dans le secteur public, avec le soutien de la recherche.

Emmanuelle D. - Nous instruisons nos enfants en famille faute d'école alternative à des tarifs accessibles pour nous

Najou J. - Parce que l'école unique est une hérésie! à l'heure des neurosciences, quand on sait maintenant que pas un seul individu ne mémorise et/ou apprend de la même façon ! il est temps d'évoluer et aller vers plus de souplesse dans tous les apprentissages afin de ne pas créer des générations de frustrés et de dépressifs ! Tous les talents méritent de s'exprimer il faut changer, faire absolument évoluer l'école pour que notre société évolue aussi positivement que possible ! D'autres pays le font pourquoi la France est-elle si en retard ? Pays d'arrière garde où la "différence" n'est pas utilisée mais stigmatisée !

Nadia B. - Pour que l'école soit plurielle et qu'elle respecte enfin la singularité des enfants et que les pédagogies alternatives soient accessibles à tous les enfants sans distinction et enfin pour que les enfants des classes sociales les plus modestes aient les mêmes droits et les mêmes chances que les autres. L'éducation pour tous !

 Safia K. - je fais actuellement l'expérience d'un mode de garde déja un peu différent pour ma fille, la crèche parentale dont les valeurs me tiennent à coeur. Nous y sommes bien et j'ai envie de poursuivre l'éducation de mon enfant avec celles ci. J'ai trouvé une école, pas tout près mais malheureusement je suis confrontée à une réalité décourageante, financière. Finalement je n'ai pas le choix, ma fille non plus... déja !! alors je signe cette pétition et je fais suivre !

Soazig N. Je constate que l'écart entre les programmes-examens (brevet, bac) et la réalité du terrain ne permet pas d'épanouir les élèves et de les rendre autonome. Je souhaite pouvoir mettre en place une réelle pédagogie de projet prenant en compte les rythmes, les capacités et les goûts de chacun.

Nathalie R. - Pour avoir le choix des apprentissages pour mes enfants, mon aîné ne rentre pas dans "le moule" de l'éducation nationale telle qu'elle nous présente "son école". Il est pris en charge par-ci par-là mais ne trouve sa place nulle part. Vive l'école différente pour que nos enfants s'épanouissent dans un lieu où ils seront considérés et non stigmatisés.

Daniela B. - J’enseigne les statistiques dans le supérieur; je suis persuadé que les difficultés d'apprentissage de mes étudiants et plus généralement l’échec en première année dans les universités ne peut pas être réglée en ne considérant que l’apprentissage à partir du supérieur. Les racines sont bien plus profondes et plus anciennes. Si nous voulons véritablement essayer de réduire les décrochages en première année d’université, alors il faut comprendre ce qu’il se passe bien plus tôt dans la scolarité et enfin réformer l’enseignement dès la maternelle.

Véroniquz G. - chacun doit avoir le droit de choisir d'éduquer ses enfants dans le respect et l'envie de découvrir et d'apprendre en s'appuyant sur leurs inspirations pour faciliter les approches de nouvelles connaissances. Les félicitations font plus que les punitions et les humiliations. Dommage que ce texte ne parle pas de l'instruction en famille que je défends avec ferveur. Car je pense que l'état ne créer pas des hommes mais des consommateurs à tout va. Pour DÉFENDRE NOS LIBERTÉS (Note des rédacteurs de l'appel : l'IEF n'est pas cité parce que c'est un droit que nous ne contestons pas du tout. L'IEF gagnerait elle aussi à la réussite de l'appel pour que soit aussi reconnue l'approche différente du unschooling soumis aux mêmes contrôles en référence à la pédagogie traditionnelle que de nombreux enseignants pratiquant des pédagogies alternatives dans l'école publique).

 (...) (D'autres pages de commentaires)

 http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/ (vous pouvez y voir tous les commentaires des signataires qui ont autorisé leur publication)