Qui ne conappel-colerenaît pas l’agriculture biologique ? Qui n’a jamais entendu parler d’OGM ? De radioactivité ? De la faim dans le monde ? De la disparition de certaines espèces ? De la biodiversité ? De la protection des loups ? De la souffrance des poules ou des porcs dans leurs stabulations ? De la nocivité des antennes ? Etc.

La moindre pétition sur tous ces sujets parcourt le net, est répercutée par d’innombrables internautes, se retrouve sur des centaines de sites et obtient des centaines de milliers de signatures. A juste raison pour certaines ou, tout au moins, on en parle, elles font discuter, en famille, dans les bistrots, dans les cafés repère, à la radio, à la télé, et même… dans les écoles ! Et même à l’Europe !

MAIS, lorsqu’il s’agit des enfants prisonniers dans l’école, alors là cela ne regarde et n’intéresse plus grand monde. L’hégémonie et la dictature d’un Monsanto sur la planète, ses agriculteurs et ses consommateurs obligés, soulève la résistance, mais pas celle d’une Education nationale sur tous les enfants et adolescents d’une Nation. On ne s’intéresse à la rigueur qu’à des tableaux de chiffres de résultats (PISA) qui dirigent des politiques scolaires, comme les chiffres d’un PIB condamnent à l’acceptation de l’inacceptable.

Tout le monde connaît les médecines alternatives et peut même y avoir recours relativement facilement… et au même prix ! Ah ! Tout le monde ne peut pas encore bouffer bio, mais qui n’y aspire pas ? Et qui connaît les pédagogies alternatives ? Qui en a entendu parler et a cherché à en savoir plus ? Pas grand monde !

Cette indifférence, cette passivité sont plus qu’inquiétantes. Comment peut-on défendre les animaux et pas les enfants, être écologiste sans se préoccuper de comment sont « élevés » les enfants captifs dans l’école, défendre l’environnement mais ignorer celui (vide !) dans lequel vivent quotidiennement enfants et adolescents enfermés dans des murs, lutter contre l’aliénation du travail en se désintéressant de l’aliénation scolaire, être démocrate sauf pour l’école, dénoncer la déshumanisation des entreprises, de la société, sans voir celle de l’école, réclamer une multitude de droits de l’homme sans le faire en ce qui concerne l’école, etc. ?

L’enjeu ne serait-il pas important ?

Le fondement des écoles alternatives qui fait l’objet de notre appel est le même que celui de l’agriculture biologique en opposition avec l’agriculture industrielle : le respect des principes biologiques de la vie.

 On pleure sur la destruction de l’environnement, du climat, sur les gâchis énergétiques, sur la société de consommation et de violence, la finance, la réduction des libertés, l’injustice sociale… et là, on s’élève, on manifeste, on demande, on pétitionne, « on s’indigne ». Mais quand il s’agit des enfants, de nos enfants, qui, eux, devront subir tout cela et à qui nous devrions permettre d’être autrement dans le temps scolaire où ils se construisent pour qu’ils soient et fassent, eux, autrement plus tard… silence ! La biodiversité, oui, mais pas dans l'école !

Le moindre bout de papier (acte d’état civil !) réclamé par les homosexuels (à juste raison) met des milliers de personnes dans la rue et provoque un débat national passionné… mais pas le fait de simplement pouvoir choisir une autre école qui existe pourtant ou pourrait facilement exister !

Alors, ce n’est même pas « indignez-vous » que nous vous demandons (Stéphane Hessel a d’ailleurs oublié de demander de s’indigner pour l’école !), c’est : éveillez-vous ! L’enjeu vous concerne tous, que vous soyez militants pour une autre société une autre agriculture, une autre consommation, un autre ceci ou cela, ou que vous ne soyez pas engagés. L’appel n’est pas un des longs et beaux discours habituels : c’est simple, concret, précis… donc proposable et discutable. Est-ce trop simple ou trop dangereux parce que beaucoup pourraient en parler, voire même  signer ?

D’accord ou pas d’accord, propagez-le. Faites qu’on en discute, qu’on en débatte. Une demande pour les poissons des grands fonds obtient des centaines de milliers de signatures et les enfants et les adolescents des grands fonds des écoles laisseraient indifférents ? Ce serait à désespérer de l’humanité !

L'appel vous a échappé : il est ici http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/

Des pages de commentaires des 9 000 premiers signataires sont là :

http://education3.canalblog.com/tag/commentaires

Retour au blog  -  Plan du site  -  livres  -