hubert_montagner

Dans un long texte, avec du recul et à l'aune de son expérience, Hubert Montagner réagit aux événements de la semaine tragique.

Le texte complet en .pdf : Charlie_Montagner. Ci-dessous quelques extraits. 

(...) Si « nous sommes tombés par terre » avec l’attentat contre Charlie Hebdo, « c’est pas » « la faute à VOLTAIRE ». c’est à dire à l’intelligence critique. Portée par la tolérance (« Le traité sur la tolérance » par VOLTAIRE) , l’intelligence critique est toujours salutaire. C’est l’absence de sens critique et de tolérance qui nourrit et porte l’ignorance, l’incompréhension, la violence la folie destructrice et la mise à mort.

(...) Cependant, la libération des mots, le dialogue et le débat ne sont pas suffisants, en particulier à l’école.

(...) Sans sécurité affective, l’injonction proclamée à tous vents « il faut qu’ils mettent des mots sur… » en évoquant les enfants et adolescents qui doivent faire face à un événement inquiétant, angoissant, traumatisant ou traumatique, reste un slogan… et un leurre.

(...) En enfermant les enfants-élèves dès l’école maternelle dans le corset des situations formelles et formatées des apprentissages dits fondamentaux, puis en le resserrant (dans le système du Ministre Xavier DARCOS : 2h.30 de français et 1h.15 de calcul par jour au Cours
Préparatoire !), on appauvrit les constructions cérébrales et corporelles de tout ordre, implicitement considérées comme non fondamentales, c’est à dire accessoires ou secondaires. Y compris celles qui organisent et façonnent la cognition, la germination et la « fermentation » des idées, le « bouillonnement intellectuel » et la pensée multiforme.

(...) Taillons les « crayons » des enfants, des adolescents et de tous les autres pour sublimer la beauté et les symboles de la vie plurielle, pacifique, souriante et ouverte. Permettons en particulier aux enfants de dessiner sans restriction la beauté et les symboles, de les écrire, les peindre, les calligraphier, les imprimer, les sculpter… de les mettre en poésie, en musique, en chansons, en spectacles chorégraphiques, en hymnes au sport… et d’exprimer ainsi l’indicible de l’âme, en toute liberté. En effet, il n’y a pas que les mots qui » disent la pensée ».

(...) Libérons le cerveau et la pensée des enfants et des adolescents dans leurs différents lieux et milieux de vie, en particulier à l’école, pour qu’ils puissent s’engager en toute liberté et connaissance, sans tabou et sans appréhension, dans « l’appréciation de l’authenticité d’une chose, de la valeur d’un texte »,

Retour au blog  -  Plan du site  -  livres  -