triche

Ou

Ne devrait-on pas enseigner la triche dans l’école traditionnelle ?

 Programmes, contrôles, notes ou évaluation… et triche ! Amorale la triche ? Pas du tout, elle est largement justifiée quand du résultat que vous obtiendrez dépendront jugement, récompense ou punition, gloire ou opprobre, position scolaire avec la tranquillité et la reconnaissanc ou travaux et heures supplémentaires… En somme, il faut être intelligent pour tricher, ce d’autant que ce n’est pas tricher qui est grave, c’est se faire prendre !

Et que d’énergie est dépensée pour empêcher la triche ! De la part de l’institution comme de la part de ceux qui ne veulent que l’on copie sur eux et qui ont l’impression qu’on va leur voler… leur place.

Je n’ai pas trouvé de chiffres, mais je suppose que la somme dépensée pour empêcher la triche au bac doit être faramineuse. Encore une triche parfaitement justifiée puisque c’est l’obtention d’un bout de papier qui ne signifie pas grand-chose qui, à ce qu’on ne cesse de dire, est indispensable pour ouvrir des portes. En somme, sans le bac vous êtes quasiment un sans-papier. Tous les moyens sont donc bons et justifiés pour l’obtenir. Sur ce point, qu’il serait facile de ne plus se prendre la tête avec la triche en dépensant sans cesse plus de moyens puisque les tricheurs sont nécessairement intelligents : qu’est-ce qu’un jeune adulte en fin de son long parcours scolaire a besoin pour savoir dans quelles voies il va pouvoir poursuivre sa vie ? Simplement d’un bilan de compétences, ce n’est certainement pas de la sanction d’un examen. Or, depuis quelques années et pour les adultes, on sait faire !

On ne peut qu’être mal à l’aise lorsqu’on fustige la triche chez les enfants quand ce qu’ils peuvent voir et entendre de la vie sociale n’est que tricherie. L’Argentine ou la France sont allés en coupe du monde de foot parce que des joueurs ont triché… sans se faire prendre. Gloire à Maradona ou à Henry, ils ont sauvé leur pays… et rapporté beaucoup d’argent aux télés ! Que dire des partis politiques avec leurs élections, des multinationales et de leurs dirigeants… ? Plus on est puissant, plus on triche, d’ailleurs c’est comme cela qu’on devient puissant. Cela devient une sorte de maladie incurable parce que quel intérêt peuvent bien avoir tous ces riches qui trichent avec le fisc par exemple quand ils ont déjà bien plus qu’il n’en faut au commun des mortels ? Les Institution ne cherchent d’ailleurs pas beaucoup à les prendre la main dans le sac, normal, ils en font partie ! D’ailleurs il y a la triche tout à fait légale pour laquelle sont formés des spécialistes de haut niveau, on appelle cela « l’optimisation fiscale ».

Par contre la chasse est faite aux petits fraudeurs (de la sécurité sociale, du RSA, des sans papiers, des petites entreprises… etc.) pour qui la triche est une nécessité de survie et qui, eux, ne savent même pas très bien tricher : on ne le leur a pas appris. Pour eux, la triche est assimilée au vol. Dans notre jungle sociale et sociétale, les bons tricheurs sont les rois, surtout quand ils s’entendent entre eux.

Je suppose qu’on arrive aussi à jouir de la triche quand on n’a pas besoin d’elle (et qu’on ne sait plus jouir d’autre chose). Elle devient un art avec ses génies : on ne peut qu’admirer le personnage célèbre qui arrivait à faire construire des morceaux d’autoroutes inutiles en trompant tout le monde.

En somme, telle est notre société, on pourrait dire que la triche est une matière indispensable (et même un art) qui devrait être enseignée dès le plus jeune âge à l’école.

Mais alors, ne faisons-nous pas une erreur dans l’école de 3ème type où tricher n’a aucun sens ?!!!

Supprimer la triche c’est supprimer son utilité pas de faire une surenchère à sa répression. Si tout le monde disposait d’un revenu permettant de vivre convenablement, vous n’auriez plus de petits tricheurs ou de petits voleurs, beaucoup moins de gendarmes et qui pourraient s’occuper des gros incurables, et le travail deviendrait même intéressant et retrouverait sa valeur sociale s’il n’était plus lié à la seule survie[1].

Dans une école du 3ème type.

Copier sur son voisin ? Ce n’est même pas possible puisque personne ne fait la même chose, ce qui se fait n’est pas demandé, ne procure du plaisir qu’à celui qui le fait, peut seulement intéresser les autres. Au contraire, vous êtes embarrassé ? C'est votre voisin ou un autre qui viendra vous dépanner. Copier le texte d’un camarade ? Mais c’est très intéressant, on écrit, on apprend beaucoup de choses, on peut même l’améliorer, le détourner, prendre des idées qu’on n’avait pas, et c’est même flatteur pour celui qui est copié. Faire du copié-collé qui est la hantise des profs ? Mais c’est passionnant : la recherche, le choix (il faut donc savoir lire ou apprendre la lecture transversale rapide), la réorganisation… Se servir d’une calculette en cachette pour obtenir le résultat d’un calcul dont on aurait besoin ? Inutile, la calculette est à la disposition de tous et il faut apprendre à s’en servir, et que d’inventions mathématiques on peut faire avec une calculette ! Inventer un faux prétexte pour dire qu’on est en retard ? Inutile, on peut arriver en retard sans risquer aucune foudre… Cela m’est très difficile de trouver le moindre exemple où ce qui pourrait s’assimiler à de la triche soit utile. Même dans les jeux où il y a « la gagne » puisque le jeu introduit un « adversaire », j’ai toujours été surpris de l’absence de triche. Gagner n’est que le prétexte du jeu. Lorsque qu’on est habitué à trouver le plaisir dans l’action plus que dans sa finalité, lorsque gagner ne vous confère rien de plus, que perdre ne vous départit de rien, il n’y a plus que le plaisir partagé.

Supprimer toutes les raisons de tricher dans notre société, non seulement la vie serait plus facile pour tous mais toutes les actions individuelles et collectives deviendraient efficientes, utiles, librement acceptées ou entreprises, intensément vécues.

Retour au blog  -  Plan du site  -  livres  -


 [1] L’idée n’est pas de moi ! L’attribution systématique d’un revenu à tout le monde, appelé aussi allocation universelle ou encore revenu inconditionnel d’existence versé sans conditions, de la naissance à la mort, à tous les citoyens a été développée il y a déjà quelque temps par des économistes (http://www.bien2012.org/ - Un revenu pour tous ! : Précis d'utopie réaliste, )