rene-coqu

Je vous avais parlé de Georges Laubezout, un de ces maîtres dont on ne parle jamais. Quand j'étais jeune instit dans le Rhône, il y avait une autre "maîtresse" exceptionnelle que je connaissais bien, Renée Coquard. A l'époque, les journaux se gardaient bien de parler de ces "méthodes" qui sentaient le soufre. Et bien, 50 ans plus tard, voilà qu'un souvenir fait une page entière d'un journal lyonnais.

Est-ce un signe ?

Ci-joint, la page en question : ren_e_coquard   

Retour au blog  -  Plan du site  -  livres  -