monticello5

Hubert Montagner et Jean Payen présenteront l’histoire, la conception, l’organisation et le fonctionnement de l’école de Monticello le 17 novembre à Paris, invités par les organisations territoriales et leurs organes d’information en matière d’éducation « Acteurs de la vie scolaire ».

Je vous ai souvent parlé de l’école de Monticello. Ce qui est remarquable dans cette réalisation c’est qu’elle a été l’œuvre de l’association scientifique-élu-praticiens-parents (Jean Payen est un élu mais a aussi été directeur d’école). Ce que ne peut (ou ne veut) faire l’Education nationale, certains ont l’audace de le faire sur le plan local[1]. N’est-il pas surprenant que ce ne soit pas l’Education nationale mais les autres maires de France qui s’intéressent aux conséquences sur la vie des enfants de cette autre conception de l’école (entre autre sur les rythmes scolaires) ?

A propos des scientifiques, on entend beaucoup parler les experts proclamés ou autoproclamés, invités partout, qui donnent beaucoup de leçons. Qu’ont-ils de scientifique ? Qu’ont-ils réalisé ou aidé à réaliser ? Où ont-ils « mis la main à la pâte » avec ceux du terrain, en parité et en toute humilité avec ceux du terrain ? Où ont-ils pris des risques et se sont mis en jeu ? De quelles expériences peuvent-ils se prévaloir ?

Dans le fatras dans lequel se noient discours et polémiques sur l’école, il serait temps de replacer chacun à sa place et de donner la parole à ceux qui ont fait (peut-être à les écouter).

A la demande de Hubert Montagner (en colère !), je republie ci-dessous la réaction qu’avait eu Jean Payen à la suite d’un commentaire quelque peu désobligeant, réaction un peu noyée dans d’autres commentaires (c’était dans ce billet : Grande colère d’Hubert Montagner).

 ---------------

02-06-2016 Je me dois de vous communiquer ci-dessous la réaction de Jean PAYEN aux commentaires de Claire Leconte. Jean PAYEN a été l’âme ouvrière de la réalisation de l’école de Monticello (voir aussi ce billet : http://education3.canalblog.com/archives/2015/10/04/32724843.html

Voilà d’ailleurs ce que Hubert Montagner dit de Jean PAYEN : « ancien Instituteur et Directeur d’école publique « nourri » de la philosophie, de l’humanisme et des préceptes, principes et pratiques de Célestin FREINET, Monsieur Jean PAYEN a « piloté » la réalisation de l’école innovante de MONTICELLO en privilégiant l’intérêt supérieur des différents enfants, après avoir é té dûment mandaté par le Maire Monsieur Hyacinthe MATTEI dont il était adjoint aux Affaires Scolaires. En interaction étroite et confiante avec Monsieur Jean PAYEN, sans oublier une relation suivie avec le Maire et l’architecte, j’ai eu le plaisir, l’honneur et le privilège de collaborer pendant plusieurs années à la conception et la réalisation de l’école de MONTICELLO à partir des données de la recherche scientifique, mais aussi des observations cliniques, du vécu des éducateurs, en particulier les enseignants, et des innovations du « terrain ». J’ai pu ainsi découvrir « in vivo » les remarquables qualités de Monsieur Jean PAYEN aux plans moral, relationnel, humain, intellectuel... Sans « compter », il a consacré son temps, son énergie, sa sensibilité, ses qualités humaines, ses efforts et son intelligence à la construction de la nouvelle école avec une abnégation exemplaire ».

On comprendra aisément que le commentaire en cause ait pu choquer aussi bien le professeur Montagner que Jean Payen et l’équipe éducative de Monticello. Je rajouterais que ce serait bien au contraire la mise en lumière dans l’opinion publique de telles réalisations qui rendraient le plus grand service à un système éducatif sclérosé et qui n’arrivera pas à bouger avec des réformes impuissantes.
.
Voilà la réaction de Jean PAYEN :

« Je viens, tardivement il est vrai, de prendre connaissance des contributions de Madame Claire Leconte, postées sur votre blog le 14 décembre 2014, puis le 4 janvier 2015, relatives à l’école de Monticello.

J'ai apprécié votre réponse et vous en remercie.

Nous ne connaissons pas Madame Claire Leconte, elle n’est jamais venue, à ma connaissance, à Monticello et surement pas à l’école. Visiblement elle ignore tout de l'organisation des espaces, du fonctionnement, du public scolaire accueilli et plus encore de l’évolution de notre commune depuis quarante ans.

La teneur de ses propos m'étonne beaucoup. Ce qui me paraît plus grave encore, c’est que cette dame se qualifie de « scientifique » !

Où est la rigueur propre à la démarche scientifique lorsque l’on ignore tout de l’école de Monticello, que l’on ne vérifie aucun des propos avancés mais que l’on critique avec assurance notre démarche ?
Cela s’apparente plus à une volonté de dénigrement qu’à l'argumentation constructive dont nous avons besoin. Nous avons le bonheur de bénéficier de l'aide du Pr Montagner dans le cadre de la réalisation et maintenant du fonctionnement de notre école. C’est du travail «en direct», du concret, non pas seulement avec les enseignants comme le fait, selon ses dires, Madame Leconte, mais par des formations élargies à toute la communauté éducative y compris les élus communaux qui ont la compétence de la réalisation du groupe scolaire. Cela n’est pas négligeable.

Où sont les propositions concrètes de Madame Leconte à cet égard ? Faudrait-il que nous nous excusions d’avoir osé construire une école différente, mais que nous pensons nécessaire, voire indispensable, à l’épanouissement et la réussite des enfants de notre village ? Le maire qui a géré cette commune pendant 36 ans, Monsieur Hyacinthe Mattei, s’est-il égaré en accordant la priorité à l’école et aux infrastructures sportives, autrement dit à l’éducation ?

L’égalité républicaine des écoles doit-elle se faire en nivelant par le bas ?
Gérer c'est faire des choix : nous avons fait celui de l'éducation.
Parmi les trois noms de chercheurs cités dans le guide de la réforme dite des rythmes scolaires et destiné aux communes, y figure celui du Pr Hubert Montagner. Cela nous rassure et nous honore. »



[1] Dernièrement il y a aussi la transformation par sa maire et ses enseignantes d’une école publique en école Montessori (voir ICI).