eymoutiers3

À Eymoutiers j’ai découvert le « café des enfants ». J’ignorais qu’il en existait déjà dans quelques grandes villes, Eymoutiers serait le premier en zone rurale. Mais quelle belle idée !

Une petite place dans le centre, la place Jean Jaurès où se tient aussi le marché bio. Et vous découvrez une charmante petite terrasse avec ses tables, chaises et parasols colorés.  En face il y a même un café qui affiche « café culturel », pour les adultes évidemment !  Il est vrai qu’à Eymoutiers il y a une vie associative, relationnelle exceptionnelle. Je l’ai retrouvée aussi beaucoup cette richesse culturelle et sociale dans le Limousin, comme dans les Cévennes, dans le Jura, en Bretagne, dans le Morvan… toutes ces régions pendant longtemps considérée comme défavorisées et qui sont aujourd’hui le berceau de l’invention d’une autre vie sociale. Il n’est pas si étonnant qu’à Eymoutiers les enfants aient leur café, cela semble même naturel, y compris dans le paysage. On en vient à se demander : mais comment se fait-il qu’il n’y en ait pas partout ?

Sur la terrasse, quand il fait beau, on y voit bien sûr des enfants et des parents, mais aussi d’autres personnes, parce que comme tous les cafés c’est un lieu de rencontre, où l’on vient se poser, discuter, se ressourcer, j’ai presqu’envie de dire sous la protection et l’influence des enfants, un beau renversement de l’ordre des choses.

Vous rentrez dans le café. C’est un peu petit, ce n’est pas là qu’on va courir, c’est une petite maison charmante avec ses escaliers de bois, mais les enfants ont à leur disposition tout un tas de choses à faire pendant que les parents peuvent boire un café ou un jus de fruit… et en offrir à leurs mômes (pas le café bien sûr !). Vous êtes accueilli par Florent le permanent (je ne suis plus certain de son prénom) ou une des bénévoles, Marie-Claire, Florence, Manuela, Emma, Camille, Stéphanie… Il fait beaucoup de choses Florent avec l’aide des bénévoles : accueillir, servir, aménager, animer des jeux ou autres occupations,… et le rangement tous les soirs ! En dehors du café, l’association qui s’appelle « La Courte-Echelle » organise beaucoup de manifestations dans le domaine de l’enfance, de la parentalité, de l’éducation.

Le café des enfants est aidé par la CAF, de façon un peu moins régulière par la municipalité ; il faudra encore quelque temps pour que les municipalités saisissent que leur vraie richesse ainsi que celle du pays se sont les enfants et qu’elles se mettent à les considérer autrement que comme des charges. La CAF, dans beaucoup de départements, a une vision humaniste et une action novatrice que l’on ignore souvent dans le domaine de la petite enfance et de l'enfance. Espérons que les politiques gouvernementales ne l’enrayeront pas.

Pour le café des enfants comme pour tout le monde associatif  la suppression des emplois aidés est une catastrophe. J’ai suggéré et je suggère que la totalité des associations, dans absolument tous les domaines, ferment leurs portes et cessent simultanément leurs activités pendant une semaine. Ce ne serait même pas une grève ! L’opinion publique, peut-être même les politiques (c’est moins sûr) se rendraient compte alors à quel point le monde associatif permet à toute une nation de vivre, souvent même de survivre.

Le soir, toutes les bénévoles étaient un peu déçues du peu de monde à la rencontre. C’est vrai que ce n’était pas un spectacle. Cela n’a pas empêché que nous discutions à bâtons rompus jusqu’à minuit !

Merci au café des enfants de m’avoir permis cette belle découverte.

Leur site : https://courteechelle.wordpress.com/