revolution2

Avec la rentrée, la floraison d’émissions, de bouquins, de discours, avec cette année les doctes réflexions sur les méthodes scientifiques, le numérique, la psychologie, tout ce qui fait, ben voyons, que les enfants ne vivent plus dans le monde d’autrefois et qu’il faut que l’école se mette à la page… avec juste un peu plus de bienveillance qu’avant (ce qui semble vouloir dire un peu plus de gentillesse !).

Tout ça pourquoi ? Ben pour mieux apprendre tout ce que les enfants, pardon, les élèves, doivent apprendre pour notre monde d’aujourd’hui dont pourtant tout le monde sait que ce ne sera pas le monde de demain, le demain devenant de plus en plus immédiat puisque le climat nous fait des noises. A l’allure où vont les soubresauts des perturbations planétaires, on pourrait facilement se dire que la connaissance et l’usage du numérique ne va bientôt plus servir à grand-chose pour survivre, pas plus que les comptes bancaires bien remplis, les situations haut perchées et confortables obtenues à coups de diplômes, etc.

Tout ceci évidemment dans la même macro-machinerie, la même logique, la même finalité. En somme nos experts veulent transformer les centrales scolaires en superphénix scolaires ! Il y en a même qui croient qu’un superphénix scolaire pourrait être écologique, démocratique… !

 A la rentrée, les enfants continueront à être enfermés et alignés à 20 ou 30 quotidiennement la plus grande partie de leur vie dans 50 m2, dans des concentrations de plus en plus vastes… avec des méthodes plus scientifiques ou innovantes, des programmes et des contrôles de plus en plus sophistiqués ! Plus les constats sont simples et n’ont pas besoin d’experts, moins on s’autorise à les faire.

Imaginons que l’Education ait fait partie du ministère de Nicolas Hulot. Que ce fameux mardi matin il ait dit « on ne peut rien faire sans changer radicalement la conception et la logique du système scolaire actuel, ce que personne ne veut faire » ? Il est vrai qu’en matière d’école il n’aurait même pas pu faire quelques petits pas s’il en avait eu l’intention et ressenti l’urgence ! Est-ce que le choc de sa notoriété et de son aura médiatique aurait été le même ? J’en doute : les enfants ne semblent pas faire partie de la planète !