Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le blog de Bernard Collot
Le blog de Bernard Collot
Derniers commentaires
30 novembre 2018

Cahiers de doléance jaunes

 

gilets-jaunes

Je reviens sur l’idée des cahiers de doléances que j’ai lancée sur FB, à partir de l’exemple d’une histoire et d’un domaine que je connais bien, l’école.

- La goutte, le prix de l’essence, a débouché très vite sur les conditions de vie, de survie pour beaucoup, qui obligent justement à ne pouvoir se passer de bagnole, à ne pas pouvoir en changer, etc.

- D’où l’expression de revendications multiples, disparates, parfois contradictoires.

- Les revendications, tous les gouvernements savent comment les gérer, les noyer. Lorsque le gouvernement actuel dit « désignez des délégués pour qu’ils présentent les revendications d’un mouvement » il sait bien leur embarras pour synthétiser ce qui ne date d’à peine deux ou trois semaines, leur manque d’habitude à ce jeu, les divisions immédiates que cela ne manquera pas de susciter. Il sait bien que les délégués, pour l’instant, n’ont que du flou à représenter, cela l’arrange.

- Or dans l’effervescence des discussions dans les multiples rassemblements, les citoyens en jaune se mettent à considérer ce qui provoque leurs difficultés de vivre, et c’est bien au-delà du prix de l’essence. C’est bien ce qui est dangereux pour tout gouvernement en place.

- Lorsqu’on ne se contente pas de revendiquer pour un immédiat simple (une taxe), alors on remonte aux causes des causes. Mais, ça demande du temps et ça ne peut pas se faire à dix mille ou cent mille. Le gilet jaune n’est finalement qu’un signe de reconnaissance entre les uns et les autres. D’où l’idée d’élaborer dans tous les lieux où il y a gilets jaunes des « cahiers de doléances ». En 1789 c’était dans chaque village, chaque quartier. Là, on peut désigner des délégués qui ont quelque chose de concret à représenter (c’était le cas pour les députés de la Constituante).

- Or, à partir de la simple goutte qui a fait déborder le vase c’est le pan de toute l’organisation sociétale qui se déroule. Je vais prendre un exemple pour le domaine que je crois bien connaître, l’école.

* Lorsque le gouvernement supprime toutes les petites écoles, il oblige bien sûr à consommer de l’essence, à augmenter les coûts aussi bien pour chaque budget que pour celui des collectivités locales. Mais tous les gouvernements prennent des décisions « pour votre bien » ou le « bien des enfants » dans ce cas, il faut surtout les croire.

Lorsqu’en 1989 (pas en 1789 !) le premier gouvernement a lancé l’éradication des classes uniques, il a fait sortir les loups des bois (nous n’avions pas de gilets jaunes !) alors qu'il pensait que personne n'allait broncher. Nous avons bien sûr manifesté en cherchant les façons les plus originales vu notre petit nombre, mais il a fallu nous pencher ensemble à la fois sur ce que le gouvernement voulait faire croire en même temps que sur la perspective nouvelle qu’étaient les classes uniques pour l’école du XXIème siècle.

La falsification gouvernementale, c’est lui-même qui la démontrait : pour nous faire taire  il fit faire des travaux à son département de l’évaluation et de la prospective qui révélèrent que les « résultats » des classes uniques étaient supérieurs à la moyenne nationale. Nous savions bien que le but du ministère était entre autre ce qu’on appelle des économies d’échelle (pour lui, pas pour les collectivités locales et les familles). Un autre organisme, l’Institut de la recherche en économie de l’éducation, démontra qu’effectivement ces éradications revenaient plus chères à l’ensemble de la collectivité nationale.

Mais, dans la bagarre, nous avons beaucoup discuté, enseignants, familles, élus, partout où il y avait des classes uniques. Et c’est toute la finalité de l’école qui nous est apparue (je l’évoque dans le billet précédent), toute la conception de l’école qui ne satisfaisait pas les besoins des enfants, y compris celui d’apprendre, conception que peu voyaient avant que ne se déclenche l’événement provocateur. À partir de l’école mais au-delà, c’est toute la vie des villages qui s’est trouvée concernée, aussi bien sa démocratie que sa vie économique. Peut-être que si partout, dans tous les villages, nous avions élaboré des « cahiers de doléances », rassemblé des cahiers de doléances, avoir eu des députés se prévalant de ces cahiers de doléance, ce qui n’était pour tout le monde que notre petit problème (comme la taxe sur l’essence !) était en réalité celui de tout le monde et aurait pu changer la face de l’école et bien au-delà.

- Il me semble qu’à propos de la goutte d’essence c’est bien tout ce qu’il y a derrière sur lequel il faudrait que tous les groupes locaux de gilets jaunes se penchent, élaborent et fassent porter par des délégués dans toutes les instances. Il ne s’agira plus alors d’une jacquerie facile à juguler. Le terme « politique » prend un autre sens lorsque c’est toute une population qui s’en empare et qui prend conscience qu’elle peut s’en emparer sans violence.

 

PS : les historien rectifieront  si je me trompe:

En 1789, il n'y avait ni internet ni téléphone !

Dans chaque village, quartier, la population se réunissait pour expriemr leurs doléances. La plupart ne savaient ni lire, ni écrire, c'étaient des plus lettrés qui les aidaient et à exprimer et à rédiger (ils le faisaient honnêtement)

Ils envoyaient ensuite leurs délégués porteurs de leurs cahiers à la Provine, ville... qui rédigeaient un cahier  les  synthétisant.

Ceux-ci élisaient alors ceux qui allaient les porter aux Etats Généraux (Tiers-état, noblesse, clergé).

à noter que les Etats-Généraux avaient été promulgués par Louis XVI qui pensait se sortir ainsi d'une situation qu'il ne pouvait plus gérer.

Je rajouterais encore une chose : en 1789, ce sont les femmes qui ont enclenché la révolution en réclamant du pain à ceux qui se baffraient.

Publicité
Publicité
Commentaires
G
le président et leurs ministres doivent faire des économies, je demande le gel des dépenses à l'Elisée, pas de logement de fonction pour les ministre et le président et les anciens présidents, ainsi que pour les haut fonctionnaires. pas de salaire pour la première dame de France. les déplacements des haut fonctionnaires pris sur leur propres deniers .
Répondre
M
Je te connais depuis longtemps Bernard et j'ai toujours admiré et envié ton étonnant pragmatisme. Tu sais utiliser toutes situations, toutes circonstances pour qu'elles deviennent porteuses d'avancées. Ce que tu as fait dans ta classe unique, personne d'autre ne l'aurait fait et personne d'autre n'a réussi à le faire à ton point., je suis absolument persuadé que c'est à cause de cet espèce de don que tu as, un don de paysan. Les gilets jaunes feraient bien de s'emparer de ce que tu proposes qui est réalisable, sinon ils se seront dépensé pour rien, n'auront pas su profiter de ce qu'ils ont créé. Tu nous as toujours dit "bien connaître ses adversaires ou ennemis pour savoir comment ils agissent" et "profiter de toutes les failles où on peut s'engouffrer, aller et faire là où ils ne nous attendent pas" Les gilets jaunes avaient bien commencé, ils ne savent pas continuer parce qu'il faut continuer différemment.<br /> <br /> En souvenir des bières où on ne refaisait pas le monde, on le faisait à notre petite échelle !
Répondre
B
Message de M. qui n'a été transmis directement. Avec son autorisation, je le publie<br /> <br /> <br /> <br /> Bonsoir Mr Collot,<br /> <br /> Je lis de temps en temps vos billets sur votre blog et j'ai envie de vous raconter ce qui se passe ici, chez moi, en Haute-Marne, département du Nord-Est de la France. <br /> <br /> <br /> <br /> Je suis originaire de cet endroit perdu, je m'étais pourtant jurée de ne jamais y revenir, surtout pas y vivre et pourtant... Je suis revenue dans cette campagne, près de mes parents car on ne scolarise pas nos filles, on a besoin d'eux pour nous aider à les garder de temps en temps, pour aller travailler. Mon conjoint est retourné à l'école pour devenir infirmier, son métier d'aide-soignant (qu'il n'a pas choisi), il n'en peut plus. Moi je suis bibliothécaire à mi-temps. <br /> <br /> <br /> <br /> Dans votre dernier billet, vous interpellez les gilets jaunes au sujet des enfants. <br /> <br /> Je vois quotidiennement des enfants à la médiathèque accompagnés de leur professeur et je constate qu'on traite les plus petits comme on traite les plus vieux. Je suis accablée par la malveillance des adultes avec qui je travaille, ces profs qui selon vous "ne peuvent pas grand chose pour améliorer l'école bien que beaucoup essaient d'en atténuer les méfaits pour les enfants". <br /> <br /> <br /> <br /> Je sais que vous avez votre expérience et que vous devez sans doute côtoyer de belles personnes dans le domaine de l'enseignement. Pour ma part, je suis écoeurée de voir le traitement qu'on inflige aux enfants au quotidien, je ne supporte plus de les voir être secoués, poussés, tirés par le pull au niveau de l'épaule,vous voyez ce geste que je veux décrire? Je ne supporte plus les cris, les punitions, les humiliations, et les claques parfois qui tombent sur leurs petites têtes. <br /> <br /> <br /> <br /> Oui c'est aussi ça l'école, c'est aussi de la violence de la part des adultes qui se persuadent que de toute façon rien ne va plus alors on fait n'importe quoi avec les plus vulnérables; on tente de justifier sa violence physique et verbale. J'en suis à ma troisième médiathèque et c'est toujours le même constat. La semaine dernière, l'ATSEM m'a dit mot pour mot "un gamin peut venir avec une couche, il peut chier dedans, il restera dans sa merde toute la journée" et sa collègue, directrice de l'école, acquiesce. Un jour, le prof d'une autre école maternelle raconte l'histoire d'une enfant qui "n'écoute" pas sa maman, et à la fin de l'histoire il interpelle une petite placée en famille d'accueil et il lui dit "et ben comme toi L... t'écoutais pas ta maman!" et je ne vous raconterai pas tout ce soir. <br /> <br /> <br /> <br /> Alors les gilets jaunes, je peux juste vous dire que ceux qui m'entourent ici ils dressent leurs enfants, comme moi j'ai été dressée par mes parents. <br /> <br /> <br /> <br /> Je vous écris tout ça pour que vous sachiez que moi aussi je fais partie de ces ruraux issus de milieu populaire, qui gagnent peu d'argent mais je ne peux plus supporter ce peuple en gilets jaunes qui va très certainement s'insurger contre la loi contre la fessée, ils sont scandalisés à l'idée de ne plus pouvoir claquer leurs gamins. <br /> <br /> <br /> <br /> Ce que j'entends ici me désole, les gens en veulent toujours plus, beaucoup de gilets jaunes ont de belles maisons, des grosses bagnoles, des piscines, ils partent en vacances à Center Parcs à 1500 euros la semaine, ils consomment +++ mais ça ne va pas et je vous assure qu'ils existent bel et bien ces gilets jaunes. <br /> <br /> <br /> <br /> Les vrais pauvres qui galèrent pour de vrai, qui vont au restos du coeur s'en prennent plein la tête, ils sont traités de profiteurs, de cas sociaux et ceux-là ils n'ont pas envie de crier leur rage car ils ont bien d'autres problèmes que leur porte-monnaie. Pour ma part, je n'ai qu'une seule envie c'est de quitter le monde rural...
Répondre
Publicité