vieux

Cela fait bien cinquante ans que je milite pour les petites structures hétérogènes et autonomes scolaires et par extension contre toutes les macrostructures, territoriales, politiques, économiques, financières, agricoles, industrielles, d’habitat…

J’ose dire que la pandémie actuelle n’est que la démonstration des fragilités ainsi engendrées par tous les macrosystèmes. L’histoire de la grippe dite espagnole ou celle de la destruction des peuples autochtones canadiens qui avant leur colonisation vivaient normalement aurait dû nous éclairer depuis longtemps. Toutes les grandes pandémies, y compris la peste, ont à peu près la même histoire.

Il n’y a pas d’autres causes aux effondrements attendus (et maintenant visibles grâce à un virus) que ces macrosystèmes qui ont été imposés par des minorités et que des majorités ont acceptés… et subis passivement.

Je remets en ligne deux billets écrits bien avant qu’apparaisse un COVID-19

Société et école : la taille des structures

De l’école à la société, petites structures hétérogènes