moussac-jardin_2_1

Il a été la pièce maîtresse de la classe unique. Après la première guerre mondiale le jardinage avait été introduit dans les programmes de l’Éducation nationale et toutes les petites écoles rurales avaient un jardin scolaire. Les garçons avaient jardinage et travail manuel, les filles couture. Enfant j’avais eu les cours de jardinage à l’école pendant que la maîtresse des petits faisait couture aux grandes filles. Après les deux guerres, les pénuries et restrictions qu’elles avaient provoquée, il était apparu comme indispensable qu’au moins le petit peuple apprenne à cultiver et à se débrouiller quand l’État avait autre chose à faire qu’à s’occuper d’eux et les mettait lui-même dans des situations épouvantables. Il ne s’agissait pas forcément de l’éducation à l’environnement comme il est question aujourd’hui, cette fois en prévision d’un écroulement dont les causes et les responsables sont d’ailleurs les mêmes que celles qui avaient provoqué les catastrophes humaines d’antan, c’est-à-dire la folie humaine. Mais après la seconde grande guerre, la société de consommation effrénée ayant plus que repris ses droits, les « trente glorieuses » arrivant, les jardins scolaires ont été soit laissés en friche, soit sont devenus les jardins de l’instituteur comme le curé avait lui aussi son jardin à côté du presbytère.

moussac-jardin6_1

Donc l’école de Moussac avait son jardin envahi par les herbes. Probablement en raison de ce que je vivais moi-même avec mon propre jardin, j’avais saisi la mine que pouvait être un jardin pour une infinité de découvertes, de possibilités d’invention, d’essais. Dès le premier automne je l’avais entièrement couvert avec les bâches noires usagées servant à l’ensilage que nous avait données un agriculteur. Au printemps tout s’était naturellement décomposé sans fatigue et l’aventure du jardin a pu commencer.

 

moussac-jardin8_1

Lorsqu’on est seul à utiliser un jardin on fait ce que l’on veut. Mais lorsqu’il s’agit d’en faire quelque chose à plusieurs il faut alors s’entendre. Qu’est-ce qu’on va pouvoir y faire ? Oui, mais comment allons-nous faire ? Comment on va s’organiser ? Qui va faire quoi ? Etc. Dans le jardin nous avons expérimenté d’une année sur l’autre toutes les organisations sociales possibles. Depuis la rationalité individualiste où l’on partage au cordeau l’espace en autant de parcelles rectangulaires égales qu’il y a d’utilisateurs chacun y faisant ce qu’il veut, aux organisations associatives où s’associent des grands avec des petits, au collectivisme où la production est planifiée, à l’organisation coopérative où chacun suivant ses compétences et ses envies participe aux cultures des uns et des autres, à l’exploitation anarchiste improvisée qui se fait au gré des inspirations et de ceux qui rejoignent tel ou tel projet, etc. etc. Quant à ce que le jardin produit, cela doit évidemment se récolter et se manger. Pour cela il n’y a pas eu besoin de grandes discussions : nous n’avions pas de cantine, il n’y a jamais eu de disputes parce que les uns auraient emporté ou mangé sur place plus de tomates que d’autres ou « il m’a pris une tomate ! », tout disparaissait peu à peu ; comme quoi le partage des richesses ne pose naturellement aucun problème à des enfants habitués à vivre ensemble, on devrait bien prendre leçon.  À Science po ou à l’ENA il devrait obligatoirement y avoir un jardin !

La mare.

moussac-mare4_1

Un étudiant allemand, Burkard, était venu passer un mois à l’école. Dans le cadre de ses études en sciences de l’éducation il fallait qu’il fasse un stage quelque part à l’étranger et il avait choisi Moussac. Il était même venu d’Allemagne en vélo. Les allemands semblent naturellement plus proches de la nature que nous. Pour lui, il manquait absolument une mare avec sa flore et sa faune à ce jardin. Il avait donc proposé aux enfants d’en creuser une, vous vous doutez de l’enthousiasme qu’il a provoqué. Installer une mare dans un terrain perméable, y établir une vie aquatique est un savoir qu’il possédait et qu’il apprit aux enfants comme à moi-même. Réaliser un plan de coupe, voir avec quoi tapisser les divers étages de la bâche qui imperméabilisera le fond, etc. Le seul problème, une fois que tout le monde avait intégré comme des ingénieurs agronomes les opérations à réaliser, était de faire un terrassement trop important pour les muscles des enfants. Un WE tout le monde revint à l’école… avec les papas ! Ce fut un grand moment. Puis il fallut faire de nombreuses expéditions au bord de la zone marécageuse au pied du pont ou à la fontaine aux tritons pour récupérer plantes aquatiques et insectes en espérant qu’ils s’acclimateraient. Il est même venu ou a poussé ce que nous n’avions pas mis, on comprenait mieux comment la vie reconquiert les espaces ou les ruines que l’homme a abandonnés.

moussac-jardin2_2_1

 

mare2

Comme pour toutes les activités le jardin était un espace spécifique où les enfants pouvaient aller à tout moment de la journée. Au bord de la mare j’avais installé un vieux fauteuil de jardin et j’y voyais souvent un enfant y rêvasser, observer, écrire en se laissant inspirer par une libellule.

Le matin, deux grands, Arnaud et Sébastien ne commençaient jamais leur journée sans y faire un tour et je les voyais par la fenêtre discuter comme deux paysans devant leurs pieds de tomates. Avec d’autres ils y revenaient souvent les mercredis ou pendant les vacances. Il n’y avait bien qu’au mois d’août que l’école était fermée. C’est vrai que dans les écoles ordinaires on se demanderait bien pourquoi des enfants auraient envie d’y retourner à tout moment.

moussac-jardin4_1

Lorsque des parents venaient faire un tour dans la classe, c’étaient surtout les papas qui allaient voir le jardin, donner des conseils, apporter des graines, des plants, prêter un outil. Mais il y avait aussi des voisins et des voisines qui y venaient.

On n’imagine pas tout ce qu’un jardin peut provoquer, paradoxalement quand il n’a pas été installé pour y faire les leçons d’un programme. Je vous narrerai deux anecdotes dans les épisodes suivant.

 

La classe unique de Moussac n’aurait pas été grand-chose sans son jardin !

Prochain  épisode : l'autoroute des fourmis -  épisodes précédents ou index de 1940-2021 

mare

moussac-mare_1

moussac-mare2_1

moussac-mare3_1

moussac-jardin5_1

moussac-jardin7_1