appel-commentaires2

Appel pour le choix d’une autre école dans l’école publique

« Nous ne sommes plus seuls » (Célestin Freinet)

Nous avons dépassé le stade d’une simple pétition

 Ce que les initiateurs de l’appel pour le choix d’une école différente dans l’Education nationale n’avions certainement pas prévu, c’est qu’il constitue aussi un étonnant moyen d’expression des raisons qui rassemblent de plus en plus de personnes autour d’une aspiration commune « à une autre école ».

Les milliers de commentaires qui accompagnent les signatures sont bien autre chose qu’un sondage. Autant de témoignages sur l’absurdité de notre système éducatif que sur le bienfondé de ce qu’on est bien obligé d’appeler, pour l’instant, écoles alternatives, autant de cris, que d’appels à la raison, que de ras le bol, que de soif pour que leurs enfants ou élèves puissent enfin vivre à l’école, pour que les générations futurs puissent construire une société humaniste.

J’avoue avoir été souvent ému en les lisant.

Un jour, Célestin Freinet a dit « Nous ne sommes plus seuls ». Cette fois le « plus seuls » ne concerne plus seulement des poignées d’enseignants ; les ont rejoint, apparaissent, s’expriment et vont encore s’exprimer, par l’intermédiaire de cet appel, des milliers de parents, de citoyennes et citoyens.

Ces commentaires constituent un véritable document sur lequel il faudrait bien que tous les « refondateurs » se penchent s’ils veulent un jour comprendre ce qu’ils peuvent faire pour donner à la Nation et à ses enfants l’école dont elle a, dont ils ont besoin. Lorsque nous serons des dizaines de milliers (donc aussi des électeurs !) ils seront bien obligés… de comprendre !

 PROPAGEZ ENCORE, FAITES SIGNER ET INCITEZ À COMMENTER, NOUS AVONS DEPASSÉ LE STADE D’UNE SIMPLE PETITION, NOUS SOMMES UNE OPINION PUBLIQUE.  http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/

 Ci-dessous de nouveaux extraits. ((D'autres pages de commentaires) A noter que beaucoup m’ont échappé, que d’autres aussi n’apparaissent pas quand les auteurs n’ont pas coché la case indiquant s’ils veulent que leurs commentaires soient visibles.

Je suis enseignante et désespérée

 l'État ne devrait pas chercher à définir ce que doit être l'éducation, Mais seulement garantir qu'elle soit possible : protéger toutes les initiatives pédagogiques citoyennes

J'ai enfin trouvé l'école où je rêvais d'enseigner,

Parce que le gâchis, ça suffit !

Pour que les souvenirs de l'école soit autres qu'une pièce à quatre murs, une table et un stylo

Nos enfants dépriment et perdent toute créativité

 

Romance C. - Différenciation, autonomie et confiance en soi, tout ce que j'aime chez Freinet ou Montessori;

 Anne Sophie R. Je suis professeur de math dans un collège public où il n' y a aucune concertation entre équipes pédagogiques par classe et les résultats sont désastreux pour les élèves en difficulté. Y a t' il un lien ?

 Romance C. - J'essaie depuis plusieurs années de faire évoluer ma pratique vers une meilleure prise en compte des élèves : coopération, médiation, autonomie, confiance... Ce n'est pas toujours simple de devoir sans cesse se justifier face à la hiérarchie... d'autant que les pédagogies alternatives ne sont pas nouvelles ! Alors oui je signe !

 Pauline V. - Pour que l'école puisse s'adapter aux enfants et non l'inverse

 Johnny G. - pour changer le système

 Josiane B. - je signe parce que force est de constater que le système scolaire actuel conduit un très grand nombre de nos enfants dans une impasse, et n'est adapté qu'à un très petit nombre

 Brigitte C. - Il serait temps de revenir sur des fondamentaux qui ont été oublié dans la nuit des temps.Arrêtez de vouloir faire de nos enfants des ingénieurs. Il n'y a pas que les maths dans la vie !

 Veronique B. - pour que chacun puisse avoir une scolarité qui lui corresponde et dans laquelle il s'épanouit. oui, on peut aimer aller à l'école !

 Eloïse A. - Je suis enseignante dans une école Steiner et je suis passionnée par cette pédagogie. Je suis profondément révoltée par le fait que ce que coûtent le fonctionnement de l'école et les salaires des personnes y travaillant implique des écolages mensuels très élevés. De ce fait, les familles ayant des revenus bas se retrouvent pénalisés et ne peuvent parfois pas trouver de solution pour inscrire leur enfant dans l'école alors qu'elles y aspirent sincèrement. Je vous demande donc de rendre possible à tous l'accès aux écoles à pédagogie différente.

 Marie-Yolande K. - face à l'urgence vitale du changement ! Nos enfants déprime et perdent toute créativité dans l'école telle qu'elle existe au jour d'aujourd'hui !

 Fabienne S. - Parce-que je suis une ancienne élève qui a vécu au quotidien les souffrances ordinaires du milieu scolaire. Parce-que plutôt bonne élève et en réussite scolaire à l'école, je n'en garde pas moins des traces : manque d'estime de soi, d'initiative... Parce-que beaucoup de ce que j'ai appris, je l'ai appris seule, facilement et très rapidement, mue uniquement par ma curiosité et ma passion. Parce que j'ai adoré, l'université où j'ai enfin pu étudier ce qui me plaisait. Parce-que je crois donc fondamentalement à la capacité de tous les enfants à apprendre pour peu qu'ils aient la liberté de s'interesser à ce qu'ils veulent, la liberté de jouer, d'avoir des relations sociales avec des enfants de tous ages et de bénéficier d'un environnement riche. Parce-que ceci est soutenu par la recherche et en particulier John Gray dans ses articles scientifiques et son livre "free to learn". Parce-qu'il n'existe aucune école alternative là où j'habite pour mes enfants.

 Valerie L. - Je me sens très concernée par l'amélioration de l'éducation des générations suivantes

 Michel R. - Les méthodes "habituelles" d'enseignement ont depuis longtemps montré leurs limites en terme de développement et "d'égalité républicaine des chances" des enfants, et donc des Humains d'aujourd'hui et de demain. Il faut agir déjà pour les Humains d'après-demain ...

 Pierre P.l'État ne devrait pas chercher à définir ce que doit être l'éducation, Mais seulement garantir qu'elle soit possible : protéger toutes les initiatives pédagogiques citoyennes.

 Nasreen H. - Je suis d'accord avec le principe qu'il faut à tout prix remettre en cause l'enseignement actuel, devenu apparemment impossible à imposer à un grand nombre d'enfants aujourdhui. Je reste dubitative quand à l'idée que tous les enfants soient si ouverts et curieux d'esprit, mais il est certain d'un autre côté que les enseignants n'ont jamais reçu de formation pédagogique adéquate (ancienne enseignante moi-même).

 Véronique B. - Enseignante d'espagnol dans un collège d'inspiration montessorienne, en région parisienne. J'ai enfin trouvé l'école où je rêvais d'enseigner, les enfants s'épanouissent en petits effectifs, le respect et la bienveillance vont dans les deux sens et lorsqu'ils ont des soucis personnels ou des difficultés type DYS, lenteur, précocité mal vécue..., ou lorsqu'ils assimilent plus rapidement, ils peuvent suivre leur voie sans avoir à souffrir, à leur propre rythme, en gagnant en autonomie, en acquérant des méthodes, en s'ouvrant au monde, aux langues... Je suis pour que les familles aient un vrai choix, et n'aient pas à payer de fortes sommes pour que leur enfant soit dans une école de pédagogie alternative.

 Nathalie A. - Je suis psychologue de l'enfance et de l'adolescence et chercheuse en sciences de l'éducation. Pour accompagner des enfants en difficultés, en situation de handicap, il me semble important de donner aux parents et aux jeunes la possibilité d'avoir une alternative quand le système "classique" ne convient pas. Beaucoup trop d'enfants et d'adolescents sont en souffrance sur le plan scolaire pour ne pas faire évoluer les choses de manière constructive et sur le long terme.

 Zeu Yang Pour permettre à une école différente d'exister et de croitre sur tout le territoire et qu'elle puisse être proposée aussi dans les DOM comme en Guyane.

 Nadine C. - Pour que demain, à la place d'une "école pour tous", il y ait une "école pour chacun".

 Noëlle O. - Parce que ne pas pouvoir aider tous les enfants devrait être impossible

 Jonathan C. L'éducation s'enlise de plus en plus dans des méthodes stériles qui, au lieu d'éveiller l'enfant à la liberté, à devenir un homme à part entière, le conditionne de plus en plus à devenir un citoyen, c'est-à-dire essentiellement un consommateur. Il s'agit là d'une voie de garage.

 Catherine M. - parce que je propose l'instruction en famille à mon fils de 10 ans depuis une année et que je préférerai qu'il fréquente une école,(enfants de tous âges et adultes) qui accompagne les enfants dans des apprentissages qui se font naturellement depuis la naissance, qui n'évalue pas, ne juge pas, et qui soit empathique

 Stephanie M - Pour qu'enfin cette phrase lancée à tout bout de champ ait un sens: "les enfants au centre du système éducatif" et pour fustiger l'apologie d'une éducation unique et classique qui ne prend pas véritablement en compte l'enfant et son potentiel particulier.

 Christine C. - Je suis convaincue que le système d'éducation Nationale actuel a atteint ses limites et qu'il est temps que les enfants arrêtent de souffrir à l'école. L'école devrait être un lieu merveilleux de découvertes, d'expérimentation et de tous les possibles. Elle devrait donner envie d'en savoir encore plus et de partager

 Marie R. - Parce que j'ai été à l'école avec plaisir de 3 à 17 ans, en pédagogie Freinet et apparenté... Parce que je ne veux plus recevoir d'enfants en orthophonie qui détestent l'école. Parce que je veux avoir le choix de la pédagogie pour mes futurs enfants !

 Martine P. - Cette pétition me ravit ! Elle répond à une aspiration de plus en plus large: plus de démocratie par l'accès à tous d'une école alternative, plus d'autonomie des différents partenaires de l'éducation (enseignants, parents, animateurs, associations d'éducation populaire, élus, formateurs...), plus de respect des personnes (enfants et adultes)... La mise en réseau des classes et des écoles éviterait les dérives éventuelles et un organisme de recherche pourrait ACCOMPAGNER les actions alternatives. www.facebook.com/lecoleautrement

 Helene - J'ai été en difficulté quand il a fallu accompagner mes enfants pour leur scolarité, aujourd'hui je sais qu'il faisaient rejaillir mes propres souffrances d'élèves me coupant ainsi de mes ressources à les accompagner. Je crois qu'il est urgent d'améliorer l'enseignement afin qu'il soit respectueux du rythme, des différences de chacun. Hélène B.

 Michèle P. - Il est grand temps de réagir pour tous ses enfants qui sont les adultes de demain !!!

 Sandrine B. - Parce que le gâchis, ça suffit ! Tant d'enfants et d'enseignants en souffrance et en échec dans l'Education Nationale... Alors que bien-être et réussite pour tous est possible ! Et vous en avez des preuves au sein même de l'Education Nationale, comme dans la classe de Céline Alvarez à Gennevilliers par exemple : http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/3-videos-3-bilans/ . Alors si l'objectif de bien-être et réussite pour tous est atteignable, quels sont les objectifs de ceux et celles qui ne prennent/donnent pas les moyens de l'atteindre ? Que voulez-vous, au fond ?

 Genevieve LE N.- Je suis enseignante et désespérée de voir le nombre d'élèves que je sais pouvoir aider en ayant changé mes pratiques (sans aucun soutien!) mais que je vois s'enfoncer dans l'échec ensuite faute de suivi et de pédagogie adaptée sur le long terme... L'EN veut nous enfermer dans une pratique traditionnelle, seule valable à leurs yeux, je ne peux continuer à l'accepter...

 Natacha - Parce que l'apprentissage devrait être synonyme de curiosité, de coopération, de plaisir, d'épanouissement et de progrès, et non de souffrances, de compétition, de craintes et d'échecs, subis autant par les enfants que par les personnels éducatifs

 Christiane A. - parce que je suis membre fondateur d'une école Montessori dans ma région et que nous aurions bien besoin de soutien pour continuer à fonctionner pour tout le monde ....

 Christelle C. - Je suis mère d'une enfant de 4 ans et psychologue clinicienne : dans les écoles aujourd'hui, on apprend à rentrer dans le moule, à obéir sans comprendre et le rythme de l'enfant est oublié. Il est catégorisé: hyperactif, violent, distrait, timide... laissons les vivre et construire leur personnalité sur la confiance qu'ils ont en eux mêmes et dans les autres

 Lisa R. - Pour que les souvenirs de l'école soit autres qu'une pièce à quatre murs, une table et un stylo, ah non pardon d'un clavier!....mais plutôt la découverte de la vie , dehors, de nos corps qui bougent, la souvenir d'observer une fleur, d'expérimenter la vie, de la vivre et de la comprendre...

Marie G. - Pour qu'éducation ne rime pas avec formatage

Sylvie R. - Face à la diversité des élèves il faut une diversité de méthodes

Audrey A. - Parce qu' ils en faut plus!!! beaucoup plus!!!  Parce que c'est tellement essentiel d'aimer apprendre !

Catherine T. - Je souhaiterais une approche éducative alternative pour mon fils, mais il n'y a aucune école alternative près de chez moi...

Marie G. - Pour qu'éducation ne rime pas avec formatage

Sylvie R. - Face à la diversité des élèves il faut une diversité de méthodes

 Audrey A. - Parce qu'il en faut plus !!! beaucoup plus !!! Parce que c'est tellement essentiel d'aimer apprendre !

 Catherine T. - Je souhaiterais une approche éducative alternative pour mon fils, mais il n'y a aucune école alternative près de chez moi...

Bénédicte C. - Notre fils bénéficie de la pédagogie Montessori dans une école privée. C'est un coût élevé. Nous pouvons le faire pour lui mais ce n'est pas juste que d'autres ne puissent pas y accéder. Chaque enfant a droit à un système éducatif qui lui convienne.

 

(D'autres pages de commentaires)