5000Oui, il y a bien une demande démocratique et justifiée

pour qu'il y ait le choix d'écoles différentes dans l'école publique

Il faut que cette demande s'étende pour qu'elle s'entende

En à peine 3 semaines, ce sont déjà 5 000 personnes qui ont affirmé la nécessité urgente pour que, dans l'école publique ou avec l'école publique, tous les parents, et tous les enseignants puissent avoir le choix entre une approche classique de l'enseignement et une approche inspirée par les grands courants des pédagogies modernes.

Non seulement ces 5 000 personnes ont cliqué pour rejoindre l'appel, mais elles ont justifié chacune les raisons de leur demande. Il s'agit bien de cinq mille citoyennes et citoyens s'affirmant comme tels.

Il ne s'agit pas d'illuminés, d'utopistes, de "dangereux révolutionnaires", d'irresponsables. Il s'agit de parents, d'enseignants, de simples citoyens qui expriment l'absurdité d'un système éducatif sans finalité, les souffrances et les nuisances qu'il provoque, son injustice qui permet seulement aux privilégiés d'en faire échapper leurs enfants. Et tous, sans aucune exception, ont un profond attachement à l'école publique. Quelle contradiction quand l'école publique les ignore, les rejette, les met  en difficulté... voire ne leur offre que la solution de à la quitter.

Une proposition légitime, raisonnable, faisable dont l'école publique ne peut que bénéficier..

Il faut que les 5 000 continuent de se mobiliser pour être très vite 50 000 ! Continuez de diffuser :

http://appelecolesdifferentes.blogspot.fr/

Quelques extraits des commentaires des signataires :

 (D'autres pages de commentaires)

5003

André Giordan - L'école doit bouger... voir mes textes... http://www.andregiordan.com/articles/ecole/ecolen.html

Sylvain Connac - En tant qu'enseignant et chercheur associé en sciences de l'éducation, je vais dans le sens des arguments avancés, principalement ceux relatifs à l'intérêt majeur pour le système éducatif français. Je me permets d'ajouter que ces écoles auront besoin d'un accompagnement par de la recherche pour situer la nature des effets induits et fournir des informations permettant d'éviter d'éventuelles dérives inhérentes aux apprentissages des élèves. 

Clairanne Leroudier - Pour permettre que ces idées soient entendues par les plus hautes sphères de l'Etat Français.

 Pierre Ch. - Complètement en accord avec le contenu et j'ai un enfant qui aurait besoin de ces alternatives.

 Kevin Martin - Pour que les pédagogies alternatives soient officiellement reconnues et encouragées.

Eliane flament - Je suis psychologue clinicienne et je rencontre dans le cadre de ma consultation en C.M.P.I de nombreux enfants en "échec scolaire" et pour lesquels il me paraît évident au vu de leur souffrance et de ce que je perçois de leur intelligence que d'autres approches pédagogiques les sortiraient du marasme dans lequel ils sont.

 Laurence Holvoet - Mère de famille, j'ai désespéré de ne pas avoir le choix !

Agathe H - Professeure des écoles et parent d'élève

 Marion Mercier - Bibliothécaire et engagée dans l'éducation populaire, je signe pour que TOUTES les pédagogies alternatives soient reconnus et encouragées afin de trouver un système éducatif pour TOUS plus approprié !

 Pédopsychiatre. Ex directeur de CMPP. - Très proche de Freinet pour les plus de 10 ans, j'ai impulsé pour les 3-10 ans une école Montessori (St pierre d'Irube et Hossegor) : les Jardins Montessori. Et bientôt une crèche Montessori à Biarritz. J'insiste pour que ce soit l'Education nationale qui "ouvre ses portes" et non les parents les plus riches qui s'offrent une éducation alternative de luxe.

 Sophie P. - Parce que je suis enseignante, et que j'ai bien du mal à pratiquer autrement en toute quiétude !

 Eliane Flament - Je suis psychologue clinicienne et je rencontre dans le cadre de ma consultation en C.M.P.I de nombreux enfants en "échec scolaire" et pour lesquels il me paraît évident au vu de leur souffrance et de ce que je perçois de leur intelligence que d'autres approches pédagogiques les sortiraient du marasme dans lequel ils sont.

 Violaine F. - J'ai un enfant dans une école alternative alors que j'estime n'en avoir pas les moyens financiers, je souhaiterais que cela soit accessible à toutes les familles.

Bernard Collot - Une telle option ne mettrait même pas les écoles en concurrence. Parce que le choix d'une approche différente correspond alors à des attentes éducatives, pas à des performances de résultat. Si une comparaison peut avoir lieu, ce ne peut être qu'au bout de quelques années et c'est alors qu'on pourra en tirer des conséquences. Mais parents et enseignants auront pu assumer une responsabilité partagée. L'Education nationale s'embourbe depuis longtemps dans des polémiques sans fin et stériles, et le système éducatif n'arrive pas à prendre et à s'engager dans une direction... et ne satisfait personne. Même dans les compromis comme la réforme des rythmes. L'appel me semble simplement RAISONNABLE et pacificateur en même temps que démocratique... en attendant mieux. C'est donner du temps pour que le temps et l'expérience mettent tout le monde d'accord et qu'une refondation puisse s'enclencher avec une direction à suivre.

Mathieu Naud - Tous capables, tous différents. Créer tous les possibles, est-ce impossible ?

Hélène H - Parce que j'ai été obligée de déscolariser (IEF) ma fille, l'Education nationale étant un mur sur lequel elle se brisait. 

Sandrine S. - Enseignante spécialisé j'utilise souvent des pédagogies citées et elles ont fait leur preuve, j'aimerai que tous les enfants puissent en bénéficier.

Maud G. - Mère d'une enfant précoce et dyspraxique, je me vois contrainte d'inscrire ma fille dans une école privée ou "j'espère" que ma fille sera mieux suivie et considérée. Ceci va à l'inverse de mes convictions - je suis très attachée à l'école publique, et je suis très déçue qu'elle ne soit pas en mesure de prodiguer un enseignement adapté aux enfants.(...) Au vu du taux d'échec scolaire pour les enfants précoces (70%), c'est une véritable condamnation.

 Catherine B. - Parce que ce choix n'existe quasiment pas , ni pour les parents, ni pour les enseignants, alors même qu'il serait une porte ouverte aux échanges, réflexions et évolutions bénéfiques pour tous et avant tout pour nos enfants et le futur de tous.

 Joël G. - Pour une ouverture de l'école publique vers de nouvelles pratiques pédagogiques.

 Mélanie H. - Enseignante retraitée très attachée à ce que vous revendiquez

Nathalie P. - Pour être libre de choisir ce que chacun estime être le mieux pour son enfant dans le pays des droits de l'Homme.

Anne L. - Je suis enseignante freinet et mon statut d'enseignante "Freinet" n'est pas reconnu par l'administration qui cherche à me déstabiliser, notamment lors de ma dernière inspection.

Corinne B. - Enseignante qui voudrait bien être formée à ces pratiques...

Sophie P. - Parce que je suis enseignante, et que j'ai bien du mal à pratiquer autrement en toute quiétude !

Nathalie M. - Parce que j'ai vu mes enfants vivre et souffrir à l'école alors que j'aurais voulu qu'ils suivent un autre enseignement.

 Oscar B. - Parce que je suis lycéen.

 Gaele LC - Parce que je crois en une éducation alternative plus respectueuse des personnes dans leur singularité et parce que je souhaite préserver l'école publique. Gaèle mère de deux enfants en école Freinet/Montessori

 Hasita M. - Parce que comme pour tous les secteurs de notre société démocratie, économie , énergie nous sommes appelés à muter pour une humanité nouvelle!!!!

 Zohra F. - J'aurais aimé donner à mes enfants qui ont été scolarisés, une pédagogie plus adaptée à leur être, plutôt que de passer un système qui n'en tient pas compte. J'ai actuellement un enfant de 14ans 1/2 en souffrance dans le système scolaire traditionnel. Et surtout il s'agit de l'avenir de nos enfants donc de l'humanité de demain...

 Nicolas B. - Je n'ai pas d'enfants mais l'idée me séduit...

 Jordan G. - Etudiant souhaitant devenir professeur des écoles, j'ai un très grand intérêt pour ces pédagogies différentes qui m'ont l'air porteuses d'espoir, d'intelligence, de plaisir, de réconciliation aussi.

 Yves R. - Pour qu'un souffle d'air irrigue l'école publique et donner à chaque enfant le maximum de chances de se construire et devenir des citoyens à part entière !

Stéphanie T. - Mes enfants ont ce privilège et je pense que tous les enfants en ont le droit.

Christelle B. - Pour que notre pays montre qu'une vraie démocratie offre le choix

Pascale G. - Je signe car je pense qu'il n'y a pas d'enfant incapable, et que l'échec scolaire vient simplement de la mauvaise adaptation de l'éducation à l'enfant. Tous les enfants sont différents, c'est l'éducation qui dois s'adapter à eux.

Akos B. - Je suis convaincu que la société française toute entière sortirait gagnant d'un tel choix.

Marie B. - J'ai ma fille dans une école qui pratique la pédagogie institutionnelle.

Lucie R. - Pour que les écoles alternatives se multiplient, deviennent moins chères et accessibles à tous, ou pour que les pédagogies nouvelles soient en usage dans les écoles publiques.

Marie-Blandine P. - à 200% pour une véritable avancée pédagogique au lieu des replâtrages absurdes et coûteux qu'on inflige à nos enfants tous les ans!!!

Anne-marie C. - Pour que mon petit fils soit heureux d'aller à l'ecole

Nicole B. - Ca me parait une atteinte grave à la liberté que de ne pas l'accepter!

Marc H. - Par ce que j'ai été confronté au système actuel qui déniait à mon fils le droit d'être différent , atypique par rapport au moule de l'Education Nationale. 

Magali R. - Le système scolaire que nous avons est trop vieux. Il nous a déjà montré ses limites par le passé et il serait temps d'avoir une approche scolaire plus actuelle et plus adaptée aux profils qui ont besoin d'une manière de penser et d'apprendre différente.

Césaire M. - Pour développer la créativité des générations futures afin de faire face au nouveau monde qui se dessine, et que chacun y trouve enfin sa place !

Gwénaël P. - Pour que puissent exister des propositions éducatives et pédagogiques plurielles et inventives, comme le sont les élèves

Amandine M. - Education populaire, nationale !

Frédérique M. - Ras le bol d'envoyer mes filles dans une école inadaptée, qui les casse, les formate au lieu de les enrichir et les "élever" !

Alain C. - Je signe parce que nous avons un urgent besoin d'êtres humains et non de catégories sociales ! Et que depuis environ un siècle des gens se battent pour faire de notre école publique autre chose qu'une vieille machine à fabriquer une (soit-disant) élite dont nous n'avons plus RIEN à faire, et que malgré toutes les preuves de cette nécessité, la dogmatique Education Nationale s'entête encore à ne rien vouloir voir ni entendre!

Vincent F. - Libérez nos enfants, Célestin Freinet pour tous, ici et maintenant !

Françoise J. - Devant le malaise des éducateurs et des enfants, il est temps d'avoir le courage d'une vraie alternative.

Christine C. -  J'ai fait le choix pour mes enfants de les inscrire dans une école Montessori, je m'y investie et lors des journées portes ouvertes nous rencontrons beaucoup d'enseignants qui tente de développer cette pédagogie dans les écoles publiques. Il me semble qu'avant d'évaluer si les programmes sont acquis par les enfants il est primordial de travailler la confiance, l'estime de soi, le rapport à l'adulte et au monde.

Zoë G. - Professeur des écoles dans une école publique, j'essaie chaque jour de mettre en œuvre de nouvelles méthodes plus en phase avec les enfants d'aujourd'hui, pour qu'ils gardent leur curiosité naturelle et innée, au profit d'apprentissages utiles. Mais la marginalisation dans laquelle je me trouve est déstabilisante. Une reconnaissance de la hiérarchie et un choix des parents pour la pédagogie qu'ils souhaitent me semble indispensable !

Chantal B. - L'enseignement doit pouvoir être le fruit des accords entre parents et enseignants. L'éducation nationale doit avoir le rôle de repère de conseiller de guide en respect des accords des intéressés sur le terrain. Les pédagogies proposées par C.Freinet, M.Montessori, O.Decroly, R.Steiner-Waldorf, J.Dewey, J.Holt, P.Kergomard, J.Korczak ... son inspirantes et doivent être acceptées largement par ceux qui les expérimentent ou souhaitent les expérimenter.

 Françoise G. - Parce qu'il existe des outils magnifique pour un meilleur enseignement à nos enfants mais que ces outils sont exclus des écoles par manque de connaissances et par peur surtout

Abd-el-krim ben L. NOUVELLE-CALéDONIE - ici école coloniale

 (...) (...) (D'autres pages de commentaires)