arbustes1"Pédagogie de la structure et de la communication", c’est l’expression que j’avais utilisée il y a longtemps avant que cela ne débouche sur une école du 3ème type. Mais, déjà, ce n’était plus vraiment une pédagogie.

Cyriaque, que vous devez commencer à connaître sur ce blog, n’est pas dans des conditions très favorables (un CP-CE1). Dans l’événement qu’il narre, il y a tout : une structure mise en place qui ne paraissait pas très opérante mais qui a permis l’introduction inopinée d’un imprévu qui fait modifier la structure (ce qu’Atlan appelle le bruit qui trouble l’organisation) ; l’auto-organisation des enfants quand il y a intérêt et enthousiasme ; le retrait du prof qui est le recours et non le décideur (une autre gouvernance) ; la mise en relation d’événements mémorisés qui étaient en instance (les cartes)et qui rebondissent… Bref, la structure et la communication !

Dans le même ordre d’idées une autre tranche de vie de l’école dynamique dont je mets le lien en fin du billet de Cyriaque.

Les caractères en gras sont de la rédaction ! BC

Billet invité : Cyriaque

Chronique d'une perturbation heureuse

Depuis ce début d’année la classe « patine ». La sauce ne prend pas particulièrement. Mes attentes sont elles trop hautes ? A force de vouloir aller dans un chemin qui n’est pas forcement très direct je deviens peut être trop impatient ? Du coup je ne suis pas très à l’aise avec ce que l’on vit en classe. Flicage, colère, des émotions négatives m’envahissent trop souvent.

Ce matin coup de téléphone d’une enfant de la classe de Solène. L’an passé nous avions commencé une correspondance entre nos 2 classes. Mais là encore la sauce n’avait pas vraiment pris.

Cette enfant nous demande si l’on veut bien reprendre les correspondances car leur classe est en attente de 2 courriers sans réponses. Elle m’explique qu’ils comprennent si on veut arrêter. Ils sont en tout cas en attente d’une réponse de notre part. Je lui propose de rappeler son école à 14h30 après notre temps de réunion des projets perso.

Après la cantine nous nous retrouvons avec tous les enfants pour débattre de ce sujet qui vient modifier notre planning.

Veut-on poursuivre la correspondance ? Si oui comment peut-on s’organiser pour ne pas retomber dans les écueils de l’an passé ? Le débat est lancé.

J’avais déjà parlé de la correspondance avec la classe de Solène en septembre mais rien n’avait été véritablement tranché. Je ne sentais pas d’enthousiasme autour de ce sujet. J’avais laissé la question en attente au cas où…

Cette fois ci des enfants prennent position. « Oui il faut reprendre les échanges » .Certains reconnaissent que notre absence de réponse n’était pas très « sympa ». La question est donc de savoir comment pouvons nous nous organiser pour pouvoir leur répondre ? Je lance la piste d’un jour dans la semaine.

Un enfant propose de faire des activités pour les correspondants tous les vendredis après midi. Des visages s’illuminent, je sens de l’enthousiasme gagner notre groupe.

- Et si on lisait les pagettes aussi ?

- Et si on arrêtait la relaxation du matin pour lire les pagettes le matin pendant l’accueil ?

- Et les après midi on pourrait travailler sur les pagettes ?

- Ah oui mais nos projets, on ne pourrait plus les faire !

- On peut faire les réponses aux pagettes et aux correspondants les lundis et vendredis et les projets les mardis et les jeudis !

Toute cette émulation était très riche,… (enfin ! ouf ! )

Du coup au tableau j’ai noté les propositions d’emploi du temps. La relaxation est placée à 13h30. Les enfants ne voulaient pas l’enlever. Ils m’ont bien fait remarquer que le matin en arrivant ce n’était pas forcément le meilleur moment ! Je me demandais quand pourrions-nous ritualiser les lectures des pagettes. La réponse est venue du groupe. Ce sera tous les matins. Ils proposent en plus de chercher à faire du lien entre les productions des classes et nos activités en classe.

L’arrivée des informations extérieures à l’école se fera donc dès le matin. On pourra ainsi ouvrir le courrier des correspondants et lire aussi les travaux des écoles du réseau.

On décide donc de répondre à la classe de Solène par écrit. Des enfants avaient créé des cartes postales. On ne savait pas vraiment quoi en faire. Personne n’avait proposé de les envoyer dans une autre école, ni même dans la classe de Solène. Il ne reste plus qu’à les reprendre et d’écrire. 7 enfants vont s’en occuper

Deux proposent de téléphoner aux correspondants. M et L sont très excités à l’idée de parler au téléphone. M, en CP, parle le premier. Il annonce notre décision. A l’autre bout du fil une nouvelle question ne se fait pas attendre. « Et vous voulez partir avec nous en classe de découverte ? » Je crois que les enfants de Solène étaient bien motivés par cette idée de voyage avec notre classe. L répond spontanément "oui !" . Les enfants raccrochent. Sur les cartes postales la proposition de faire une classe découverte est notée par plusieurs enfants.

En fin de journée les cartes sont mises dans une enveloppe. La classe de Solène va enfin recevoir une réponse !

J’espère que dans les jours suivants ce nouveau souffle va nous porter.

J’apprécie en tout cas le fait que je ne sois pas à l’origine de ce qui vient d’être enclenché. La structure a su répondre à la sollicitation. L’adaptation est inscrite au tableau avec un nouvel emploi du temps. On va essayer d’être plus à l’écoute des communications extérieures.

 Cyriaque

 Une autre tranche de vie à l’école dynamique : Journée mono-maniaque : écrans ? Non… Pâte à modeler !